Le purin d’ortie est une alternative économique et efficace aux traitements chimiques. Cette recette naturelle revient d’actualité car elle correspond aux préoccupations environnementales actuelles.

La préparation d’un purin d’ortie est très facile à réaliser. Vous avez seulement besoin de jeunes pousses d’ortie et de quelques litres d’eau de pluie, deux matières premières gratuites et à portée de main.

 

Les effets du purin d’ortie

Le purin d’ortie à de nombreux effets positifs sur vos plantes et votre jardin :

  • C’est un fortifiant et stimulant de croissance.
  • Un fertilisant riche en azote et en potassium.
  • Un insecticide et acaricide efficace.
  • Un bon anti-maladies et anti-chlorose ferrique à pulvériser sur les feuilles de vos plantes.

 

Les usages du purin d’ortie

 

Le purin d’ortie s’utilise de trois manières au jardin :

  • En insecticide et acaricide, en fortifiant foliaire et pour prévenir et soigner les maladies, utilisez-le dilué à 10 % pour le pulvériser sur les feuilles.
  • En fertilisation, il contribue à la croissance et à la vigueur des plantes et des légumes. Il renforce notamment leur résistance aux maladies. Un dosage plus concentré  de 20 % de purin dans de l’eau de pluie. Arroser le pied de vos plantes à l’arrosoir toutes les 3 semaines. Ce traitement est à appliquer en particulier au printemps, au moment où la végétation reprend. Évitez-le sur les plantes en fleurs, au risque de voir les feuilles prendre toute la place… Autre avantage de l’emploi du purin d’ortie en fertilisant, il détruit certains parasites du sol.
  • En activateur de compost, il s’utilise pur en le répartissant sur le tas. Cet apport est particulièrement recommandé quand vous manquez de matières azotées (feuilles mortes et taille de branchages).

 

La recette du purin d’ortie

recette-fabriquer-purin-ortie-maceration

La fabrication du purin d’ortie est des plus simple.

  • Ramassez les orties avant la floraison, idéalement en avril.  N’oubliez pas vos gants pour éviter l’effet urticant de ces plantes. Pour réaliser votre purin, comptez un kilo d’orties pour 10 litres d’eau.
  • Coupez les racines et broyez les orties grossièrement à la main ou au sécateur, afin de faciliter la fermentation.

 

  • La macération est l’étape-clef de la recette. Prévoyez un grand récipient en plastique ou autre matériau, en évitant le métal. Récupérez de l’eau naturelle, de pluie ou de source, plus efficace que l’eau du robinet (trop riche en chlore). Immergez les orties et laissez fermenter dans un endroit chaud (20 à 25 °C), à distance des habitations car l’odeur est assez forte et nauséabonde. Couvrez le mélange à l’aide d’un tissu pour maintenir une température élevée, atténuer les effluves et surtout éviter que les mouches ne viennent y déposer leurs œufs. La fermentation est enclenchée à partir du moment où des bulles commencent à remonter à la surface, formant une mousse blanchâtre. Prenez soin de brasser le mélange tous les jours pour homogénéiser le mélange et éviter la putréfaction. Le purin est prêt quand plus aucune bulle ne remonte. Comptez entre 1 et 2 semaines selon la température extérieure.
  • Filtrez le mélange en le versant à travers un tissu fin ou un collant. Vous pouvez utiliser directement les résidus d’ortie pour accélérer votre compost.
  • Versez le purin dans des récipients opaques en plastique, bien remplis et fermés hermétiquement. L’air ne doit pas passer pour que le purin reste efficace. Conservez-le dans un endroit frais, pendant une durée maximale d’1 an.

Bon à savoir : prenez soin de conserver sur votre terrain une petite parcelle d’orties, car elles servent de refuge aux insectes auxiliaires ( papillons, coccinelles, syrphes, araignées…). Des alliés du jardinier qui vous aideront également à lutter contre les parasites.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimerez aussi :