Parmi les nombreuses variétés d’arbustes venues d’Asie, certaines enchantent nos jardins de leurs couleurs éclatantes. En plantant callicarpas, enkianthus et nandinas, vous ne serez pas déçu.

De toutes les couleurs que nous offre la nature, il en est des rares qui excitent notre rétine au premier coup d’œil. Les bleus électriques de certains delphiniums, les pourpres presque noirs de quelques pois de senteur et tulipes, les verts acidulés des hellébores et des euphorbes font partie de ces nuances qui agissent à la manière d’une épice. Point trop n’en faut, mais une touche suffit à donner du caractère à une scène. Les violets figurent sans conteste dans cette liste, car peu de fleurs s’en affublent. Mais ce critère de rareté n’est pas suffisant : la luminosité doit être assurée sinon la belle couleur paraît terne.

Le callicarpa

callicarpa-shikokiana-arbuste-ornement-jardin-baies

Baies violettes du callicarpa

Avec le callicarpa, on est comblé : cet arbuste, dont le nom latin signifie fort justement beau fruit, se paie le luxe de perles lilas pâle, parfois nuancées de lavande ou de pourpre. Et comme pour mieux les mettre en valeur, son feuillage vire à une nuance brun rouille du plus bel effet. Comme si une styliste branchée s’était donnée la peine d’assortir les couleurs pour le grand défilé de mode de l’automne.

Le callicarpa se plaît en situation relativement ensoleillée et abritée des vents froids. Il peut geler occasionnellement lors des hivers très rigoureux, mais repart généralement du pied. Un sol quelconque, de préférence léger, et même un peu calcaire, lui convient tout à fait. On peut tailler en mars, après les gelées, et en profiter pour enlever une branche sur quatre, en commençant par les plus vieilles. L’objectif consiste à aérer la structure, et permettre à la lumière de pénétrer dans les touffes. On réduira en longueur les rameaux qui dépassent trop.

Avec quoi associer le callicarpa

Les callicarpas seront parfaitement accompagnés par des cléthras et des fougères, des ancolies, des astrantias, des bergenias, des hostas ou des hellébores. En haie libre mélangez les callicarpas et les aucubas, les camellias et les chaenomeles pour rester dans la note japonaise.

Ajoutez des hydrangeas pour l’été, et n’oubliez pas l’indispensable mahonia Charity.

Enkianthus et nandinas

Pour accompagner le callicarpa, deux autres arbustes asiatiques sont du plus bel effet. Les enkianthus se plaisent en compagnie des fougères, des azalées caduques et japonaises, des anémones du Japon.

nandina-domestica-otafukunante-arbuste-jardin-ornement

Feuillage du nandina

Les nandinas se coulent parmi les plantes vivaces, Sedum spectabile, chrysanthèmes rustiques ou asters nains blancs par exemple.

Une petite note paysagère : ces arbustes ont un aspect relativement particulier qui les fait détoner auprès de nos arbustes indigènes. C’est un peu ce qui se passe quand les érables du Japon paradent à côté des nôtres. Si vous mélangez tout cela, vous obtenez un « minestrone », qui peut être agréable dans un jardin très structuré (genre jardin botanique) mais tourne vite au fouillis visuel. Aussi nous vous conseillons plutôt de regrouper ces arbustes entre eux, de leur confier une partie du jardin et de prolonger la note asiatique avec des hostas et des anémones du Japon, des fougères et des bambous.

nandina-baie-fruit-arbuste-jardin-ornement

Baies de nandina

Vous aimerez aussi :