On les grappille en allant cueillir une salade et elles font les délices des petits enfants qui les trouvent juste à portée de la main. Les plus savoureuses ne voyagent pas, car au moindre frôlement elles éparpillent leurs grains ou fondent en coulis si elles sont mûres à point.

Les Framboisiers : présentation et entretien

framboisesCôté merveilles et délices, si vous devez entreprendre de nouvelles plantations, n’hésitez pas, choisissez « Lloyd George ». Des fruits ronds, d’une saveur qui n’en finit pas de vous parfumer la bouche, avec des grains fondants. Naturellement, avec ce genre de tempérament, il ne faut pas s’absenter durant les périodes de récoltes, car sitôt mûrs, les framboises s’éparpillent en perles roses qui s’en vont rouler sous les feuilles mortes. Mais c’est si bon ! Bien qu’elle passe pour remontante, cette variété donne plutôt en deux fois, beaucoup en juin puis un peu en septembre-octobre. Aussi est-il franchement plus avantageux de partager la plantation en deux lots, on taillera le premier à ras à l’automne pour qu’il donne une récolte massive en juin, et l’autre en fin d’hiver pour récolter en septembre.
Le meilleur emplacement pour installer un rang de framboisiers est, à mon avis, entre pelouse et potager, car côté pelouse, la tondeuse pourvoit automatiquement au ménage nécessaire, ce qui vous enlève déjà la moitié du travail. Côté potager, l’outil idéal reste la houe, de préférence parfaitement affûtée de manière à trancher les intrus sans effort. Plantez une double rangée de piquets à 80 cm d’écart, à raison d’un tous les deux mètres et reliez-les par deux lattes horizontales espacées de 50 cm. Les liteaux à tuiles et les lattes à ardoises vous fourniront tout ce qu’il faut pour poser ce palissage que vous assemblerez avec du raphia. C’est naturel, pas cher et très joli.
Ne commettez pas l’erreur d’installer vos framboisiers dans un massif de fleurs, non seulement leur aspect désordonné n’apporterait rien au coup d’œil d’ensemble, mais leur penchant vorace et colonisateur aurait vite fait d’avoir raison des fleurs et des rosiers voisins. Seules les plantes les plus solides y résistent comme la tanaisie, l’amour en cage, les iris violets mais même les asters et les grandes marguerites capitulent, alors autant dire que seules les mauvaises herbes potentielles sont capables de tenir tête à un pareil compagnon.
Sitôt la récolte achevée, coupez à ras toutes les tiges qui ont fructifié, pour susciter de nouvelles pousses, courant août.
framboisiersNe lésinez pas sur la fumure au moment de la plantation : une poignée de poudre de corne et deux pelletées de terreau, ou une demi boîte à conserve d’engrais organique complet 5-15-20 au fond de chaque trou de plantation, c’est le gage d’un bon départ. N’allez pas plus loin avec l’azote, le premier chiffre de la formule que vous retrouverez inscrite sur les boîtes d’engrais, car l’excès d’azote rend les framboisiers très sensibles aux maladies et tend à faire couler les fruits.
Chaque printemps, vous renouvellerez cette fumure à l’occasion d’un petit sarclage qui aura l’avantage de faire le ménage chez les pousses indésirables. Les framboisiers qui aiment les sols profonds et plutôt frais n’apprécient guère le calcaire.
Les framboisiers réussissent bien dans toutes les régions où l’hiver mérite de porter ce nom. Il leur faut du froid pour fructifier de façon honorable.

 

Avec la participation de Jean-Paul Imbault

Vous aimerez aussi :