Si on ne trouve pas beaucoup de fleurs bleues dans les jardins, c’est parce que les pensées et primevères accaparent le terrain. Pourtant avec quelques touches par-ci par-là, le bleu est à réhabiliter grâce à la campanule, au cynoglosse et à l’anchusa.

Campanule carillon

campanule-fleur-bleu-jardin

Appelée aussi cloche de Canterbury, outre Manche, cette habituée des jardins de curé a reculé devant les campanules vivaces. Venue du sud de l’Europe, elle est parfaitement rustique mais ne fleurit pas toujours dès la première année, si le semis a été trop tardif pour assurer aux touffes une ampleur et des réserves suffisantes. La fleur en cloche est bien connue, mais il existe des formes doubles, dites à soucoupe. Les couleurs vont du blanc au violet d’encre, sans oublier un rose tendre à souhait. On sait rarement qu’en coupant les fleurs au ras de la tige, après fanaison, on favorise une nouvelle floraison éclatante, pour accompagner les roses et les gros pavots d’Orient.

  • Culture : le semis se fait dès avril, en caissette de terreau, sans recouvrir les graines fines mais simplement en les tassant du plat de la main. On repiquera un mois et demi plus tard, à 10 cm d’écartement, avant de mettre en place, en août, si l’espace est déjà libre, sinon en septembre.

La flore méditerranéenne recèle d’autres campanules à tempérament bisannuel, comme C. michauxioides, une turque haute d’un mètre, aux fleurs bleu pâle, en pyramide ; ou encore la campanule de l’Olympe (C. olympica), aux rosettes de feuilles surmontées de fleurs solitaires ; et la campanule pérégrine, aux épis de fleurs bleu violet. Très jolie dans un jardin un peu sauvage.

Cynoglosse

cynoglossum-cynoglosse-langue-chien-fleur-bleu-jardin

Son nom, langue de chien en grec, fait référence à la forme et au toucher râpeux de la feuille de cette plante originaire de l’Asie orientale. Les hampes florales ramifiées et hautes de 60 cm sont surmontées par les fleurs en nuage azuré, en avril et jusqu’en juin. Elle préfère un sol léger, mais supporte aussi bien le plein soleil qu’une ombre partielle.

  • Culture : Le semis se fait en juin-juillet, dans un coin de châssis, et le repiquage en place en septembre, voire en avril si l’on craint un hiver pourri ou si, tout simplement, la place n’est pas libre. On arrachera alors le plant avec une belle motte, et l’on arrosera pour faciliter la reprise.

Anchusa

anchusa-officinalis-fleur-massif-bleu-jardin

Cette fleur originaire de la pointe du sud de l’Afrique a été importée au début du XIXe siècle. Ses fleurs petites mais nombreuses garnissent des tiges hautes de 50 cm, portant également des feuilles étroites et pointues. Leur bleu vif, renforcé par une gorge blanche, et parfois bordé de rouge, leur a valu d’emblée le succès. On les oublie un peu de nos jours, sans doute à cause de la protection hivernale dont elles ont besoin dans beaucoup de régions.

Culture : le semis a lieu en mai-juin, sous un centimètre de terreau, dans un coin de châssis. La germination prend douze jours, et il faut espacer les plants tous les 10 cm, le plus tôt possible, par un premier repiquage. En septembre, on met en place, là où les fleurs sont attendues, en laissant 20 cm entre chaque plant. Mais il est recommandé de conserver du plant en réserve sous châssis pour remplacer les manques inévitables. La floraison commence en mai et dure un bon mois.

Vous aimerez aussi :