Nous continuons notre grand défilé de plantes aromatiques à produire dans votre potager. Certaines plantes aromatiques peuvent même rivaliser avec les fleurs tant elles sont belles.

 L’estragon est sans rival

estragon-plante-aromatique-cuisine-jardin

L’estragon : la plante aromatique sans rival

Nous voulons parler bien sûr du vrai estragon et non de l’estragon de Russie, que l’on trouve parfois dans les catalogues de grainetiers et qui n’a guère plus d’odeur que l’herbe de votre gazon. L’estragon est une armoise vivace par ses racines blanches évoquant celles du liseron. Là s’arrête la comparaison, car personne ne songerait à chasser l’estragon de son jardin. On souhaiterait même qu’il soit un peu moins capricieux car des touffes bien installées peuvent disparaître subitement. Un virus serait le grand responsable. C’est pourquoi il est bon d’en repiquer tous les deux ans une nouvelle touffe dans un coin ensoleillé, en ayant soin de placer un drainage au fond du trou : au moins 20 cm d’épaisseur de pierraille.

Un conseil : les plus raffinés hiverneront un pied d’estragon sous serre ou sous châssis pour disposer de feuilles fraîches pendant la mauvaise saison, car rien n’égale leur saveur. Avez-vous déjà goûté un poulet rôti où l’on a glissé des feuilles d’estragon entre la peau et la chair…

 

L’Hysope est aussi beau que bon

C’est presque un comble : l’hysope se réfugie désormais dans les catalogues de plantes vivaces alors qu’il déserte les potagers. Le bleu intense de ses fleurs et l’incroyable résistance à la sécheresse de cette labiée méritent cette mention ornementale mais il ne faudrait pas oublier la fine saveur de ses feuilles allongées, qui évoque à elle seule un mélange d’herbes. Elles parfumeront avec finesse vos sauces et salades, relèveront les plats de haricots et donneront à vos grillades une saveur bien méridionale, loin de la sempiternelle senteur de thym. Utilisée comme plante médicinale, en tisanes, l’hysope facilite la digestion et dégage les voies respiratoires, en mélange avec la guimauve ou le bouillon blanc. Il est donc bon d’en sécher une bonne provision pour l’hiver. Autrefois, les vieilles dévotes helvétiques en disposaient quelques feuilles dans leurs livres de prières pour se préserver du sommeil pendant les offices, grâce à son parfum pénétrant. L’hysope entre aussi dans la composition de beaucoup de liqueurs. A noter les abeilles adorent également butiner ces fleurs.

Un conseil : plantez l’hysope au coin le plus ensoleillé du jardin, même si la terre y est de mauvaise qualité. Cette plante facile à multiplier par boutures peut constituer des bordures décoratives sous vos rosiers. Sa floraison continuera celle des rosiers anciens et accompagnera la remontée estivale des modernes. A éviter cependant au pied des rouges intenses car son bleu est trop vif.

Le laurier est tout en noblesse

laurier-lauriel-feuille-plante-aromatique-cuisine-jardin

Le laurier, la plante aromatique pour les sauces et les plats mijotés

Ce n’est pas pour rien si les rameaux de laurier saluaient les vainqueurs antiques, il y a tant de beauté dans ces feuilles régulières, au toucher si coriace ! Savez-vous que le baccalauréat tire son nom des baies du laurier qui ornaient les couronnes des artistes. Plus prosaïquement, vous hébergerez ce petit arbre pour orner un coin de votre jardin, près de la cuisine, de façon à avoir toujours sous la main quelques feuilles pour aromatiser les marinades, les pot-au-feu et les courts-bouillons. Vous retrouverez aussi des souvenirs de vacances en ajoutant une demi-feuille aux brochettes de mouton et à la paëlla.

Un conseil : le laurier vit très bien en pots ou en bacs. C’était même un des ornements préférés pour les cours de châteaux. On peut le tailler en pain de sucre ou en cône, ou le laisser pousser sur un tronc puis en boule. Taillez au sortir de l’hiver, et apportez deux poignées de corne torréfiée au pied pour le nourrir. Tous les trois ans, il convient de changer les 15 premiers centimètres de terre. Un mélange de terreau de fumier et de tourbe est assez nutritif.

La marjolaine, tout le midi en une épice

marjolaine-vivace-plante-aromatique-cuisine-jardin

La marjolaine, plante aromatique des plats du Midi

Avec son cousin l’origan, la marjolaine symbolise la cuisine méditerranéenne, surtout italienne. Pas de sauce tomate ou de pizza sans sa présence. On ne s’étonnera donc pas de la voir dans tous les jardins médiévaux, où sa floraison ne nuit pas au spectacle. L’origan est un compagnon fréquent des prairies ensoleillées sur sol calcaire ou neutre. Les papillons l’adorent et il donne un miel très parfumé. Récupérez-en quelques pieds ou, mieux, des graines pour l’accueillir dans votre jardin, soit au potager soit dans la partie ornementale, au premier plan des massifs.

Un conseil : plantez la marjolaine de préférence au printemps car elle peut geler assez facilement, surtout en sol humide. Pour conserver des tiges sèches, coupez-les en fin d’été et suspendez-les à l’ombre, puis émiettez pour ne garder que les feuilles, dans des bocaux de verre.

 

 

Vous aimerez aussi :