Paillettes de lin, écales de sarrasin, coques de cacao, écorces de pin, mulch… Dans les magasins spécialisés on trouve de plus en plus de produits de paillage. Mais pailler son jardin : c’est quoi et surtout cela sert à quoi ?

Le paillage au potager ou sur vos massifs consiste à recouvrir le sol d’éléments organiques ou de végétaux, tout autour des plantes.

Les bonnes raisons du paillage

  • Il évite le dessèchement du sol par évaporation. Avec cette couverture et l’action du soleil, le sol transpire et crée de l’humidité à sa surface. Vous réalisez des économies d’eau et de temps pour l’arrosage.
  • Il évite l’érosion de la terre. Un sol laissé à nu est exposé aux intempéries. Il se tasse, est lessivé par la pluie et perd ses éléments nutritifs. Une croûte dure à la surface se forme et accélère l’évaporation de l’eau du sol par remontées capillaires.
  • Il arrête la lumière et retarde ainsi la propagation des « mauvaises » herbes et entrave leur croissance. Une fois adopté, le paillage vous épargne donc les désherbages longs et fastidieux, supprime le binage. Les mauvaises herbes qui viendraient malgré tout à pousser se retirent avec facilité, racines comprises.
  • Il évite l’emploi de désherbants chimiques. C’est une solution efficace et bien moins dangereuse votre santé, celle de vos animaux domestiques et pour éviter la pollution des eaux.
  • Il protège du froid et du gel en hiver.
  • Certains paillages apportent des éléments nutritifs. En effet, en se décomposant, il fait un apport supplémentaire au compost et enrichit votre sol.
  • Il réduit vos déchets verts, évite les déplacements à la déchetterie.

Le paillage favorise et protège la vie biologique du sol, les microorganismes, vers de terre et autres petits insectes utiles au jardin. Ce sont eux qui rendent le sol fertile, favorisent la décomposition de la matière organique en humus, aèrent le sol et lui donnent une bonne structure.

Vous faites donc des économies, du bien à votre jardin et à la planète !

Les différents paillages

Les meilleurs paillages, les gratuits, sont faits maison avec les résidus de votre jardin.

Le plus simple à la portée de tous les jardiniers : les tontes de gazon. Ne vous débarrassez plus de vos tontes, en début de saison lorsque le gazon n’a pas de graines ! Un impératif toutefois pour le gazon, le laisser sécher une huitaine de jours avant de l’installer. Frais, vous risquez un apport en azote trop important et des dégâts à venir sur vos plantations, comme l’apparition des pucerons. Vite décomposé, ce type de paillage est idéal pour des cultures comme celles des tomates et autres primeurs d’été.

Si vous avez l’utilité d’un broyeur de végétaux, ou si vous en achetez un à plusieurs jardiniers, les tailles de vos arbres et arbustes caducs, les résidus sains de nettoyage du jardin, broyés finement, feront un paillage idéal pour vos massifs et cultures de longues durées, aux pieds des arbres. Mais, attention, comme le gazon, le broyage des matières ligneuses, comme celles les arbustes, a besoin d’un période de séchage en plein air de 3 mois minimum pour éliminer tanins et toxines qui seraient néfastes à vos plantes.

Les feuilles mortes sont presque toutes utilisables. Pour ne pas véhiculer et propager  les maladies dans votre jardin, évitez celles des fruitiers et rosiers qui en cachent le plus souvent. Broyez les feuilles larges en passant dessus avec une tondeuse, leur mise en place entre les vivaces de vos massifs sera plus facile.

Les paillis organiques prêts à l’emploi du commerce

Vigilance !!! Un paillage que vous trouvez depuis longtemps dans le commerce et très mal utilisé : les écorces de pin. A utiliser uniquement pour les plantes acidophiles, qui aiment l’acide comme les rhododendrons, azalées, et autres plantes de terre de bruyère. Ce paillage acidifie le sol et l’appauvrit pour toutes les autres plantes.

Paillettes de lin, de chanvre, écorces de cacao, coques de sarrasin sont plus adaptés pour les fleurs. A retenir : la paillette de lin est très efficace pour contrer les attaques d’escargots ou autres gastéropodes.

Les paillis minéraux comme la pouzzolane,  les billes d’argile sont réservés pour les potées ou petites surfaces de rocailles.

Dernière suggestion, le mulch : composé de tourbes, feuilles mortes, algues, il s’apparente au compost et sert donc à la fois de paillage, d’amendement organique et d’engrais. On l’utilise partout.

Quand et comment pailler son jardin ?

Avant l’installation du paillage, la terre doit être aérée avec une binette ou une griffe et débarrassée des mauvaises herbes. Arrosez la terre si besoin.

Installez votre compost ou fumure au début du printemps.

Attendez que le sol soit assez réchauffé avant de pailler, par-dessus le compost, sinon vous risqueriez des moisissures.

Pour le potager et les jeunes plantes, ne recouvrez pas le collet de la plante (soit  l’endroit qui réunit le système racinaire au système aérien de la plante) pour ne pas l’étouffer.

Installez une couche suffisante (environ 10 cm) pour ne pas laisser la lumière passer à la surface du sol et favoriser la pousse des herbes indésirables.

Quoi qu’il en soit, paillage maison ou du commerce, cette technique simple vous épargne de nombreuses contraintes, fait du bien à votre jardin, votre porte monnaie et à la planète !

Vous aimerez aussi :