La rose fait partie des fleurs stars de nos jardins… Plantation, taille, entretien, tous nos conseils pour prendre soin de vos rosiers en hiver…

 

Peut-on planter des rosiers en hiver ?

planter-rosier-hiverL’hiver est une bonne période pour la plantation des rosiers, et qui se prolongera jusqu’en avril. Évitez seulement les moments de fortes gelées, quand le sol est de toute façon trop dur pour être bêché. Si la pluie a été abondante, prenez la précaution de mettre des planches à l’endroit où vous piétinez, car un sol mouillé se compacte fortement, surtout s’il est argileux, ce qui le rend difficile à ameublir.

Si vous avez acheté des rosiers par correspondance et que le colis arrive par temps très froid, ne le défaites pas. Placez-le dans un lieu frais (4 à 10°C, comme dans un garage ou un cellier) pendant un ou deux jours pour qu’il y dégèle doucement. Si le temps continue à être défavorable, déballez les rosiers et laissez-les dans ce même endroit en entourant leurs racines de sacs de jute mouillés. Il peut être utile d’humidifier également les tiges, à l’occasion. Votre préoccupation essentielle sera d’éviter le dessèchement des racines. Ces dernières ne seront donc jamais laissées à l’air libre.

 

 

 

Est-il utile de mettre de l’engrais lors de la plantation d’un rosier ?

L’apport d’engrais à la plantation du rosier non seulement utile mais indispensable. Mettez au fond du trou divers engrais organiques comme du fumier desséché, du compost ou de la corne torréfiée, ainsi qu’un engrais complet pour rosiers en granulés.

Évitez de mettre l’ensemble de cette fumure en contact direct avec les racines. Pour cela, brassez les engrais avec un peu de terre extraite du trou et disposez ce mélange au fond.

 

Faut-il changer la terre lorsque l’on refait une plantation de rosier ?

C’est une sage précaution. Les racines des rosiers laissent dans le sol des substances risquant d’être nocives pour les nouveaux. On conseille donc d’enlever la terre sur au moins 50 à 60 cm de profondeur, et de la remplacer par une autre provenant d’un endroit où il n’y avait pas de rosiers. C’est faisable pour une ou quelques plantes. C’est une autre affaire pour un massif ou une plate-bande importante. Si nous prenons une surface de 10 m2 x 0,60 m, cela donne 6 m3 de terre à enlever… et autant à remettre.

Alors souvent, on se contente d’arracher les rosiers avec le maximum de racines. Les débris de ces dernières peuvent constituer des foyers de pourridié, un champignon dangereux pour les racines. Puis le sol est bêché profondément, à deux fers de bêche, soit environ 50 cm, et largement amendé avec un bon compost. On parlera de pis-aller, mais il est tout à fait convenable. Si vous n’êtes pas trop impatient, attendez une année avant de replanter.

 

Quand tailler les rosiers ?

tailler-rosier-hiveLa période la plus favorable pour tailler les rosiers remontants se situe vers la fin de l’hiver, courant février ou mars, suivant les régions. Cependant, ne prenez pas cela comme une règle impérative. Autant que possible, opérez pendant cette période la plus favorable.

Les rosiers modernes sont des plantes parmi les plus accommodantes. Usez éventuellement du sécateur de novembre jusqu’en avril. Ils ne vous en tiendront pas rigueur, ou parfois si peu que vous ne vous en apercevrez même pas. Quant à la taille des rosiers non remontants, ceux qui ne fleurissent qu’une seule fois dans l’année, elle se pratique après la floraison, en août ou un peu plus tard.

 

Comment tailler les rosiers ?

Là encore le rosier est très conciliant. Un coup de sécateur en moins ou en plus n’a guère de conséquences, beaucoup moins que sur les arbres fruitiers ou certains arbustes à fleurs.

Sur tous les rosiers, enlevez le bois mort, les rameaux sur le déclin, mal placés ou trop faibles, qui ne servent plus à rien.
Sur les buissons à grandes fleurs ou à fleurs groupées, conservez 1/4 à 1/3 de la longueur des branches. Et taillez plus court ce qui est faible.
Sur les rosiers grimpants, fixez les branches charpentières en les palissant le plus possible à l’horizontale, et raccourcissez légèrement leurs extrémités. Taillez les ramifications secondaires (coursonnes qui se trouvent sur les charpentières) en ne conservant que quelques yeux.

Pas de taille ou très limitée sur les arbustifs ou les couvre-sol (rosiers paysages) dont la beauté tient pour une large part dans leur laisser-aller naturel. N’intervenez que s’ils deviennent trop envahissants, à la cisaille à haie.

Les rosiers tiges sont des buissons fichés au sommet d’une tige d’églantier. Donc même taille.

Laissez pousser à leur guise les pleureurs en aidant éventuellement l’effet cascade de leurs rameaux par quelques palissages bien dissimulés. Si vous jugez une taille nécessaire, choisissez l’époque d’intervention suivant qu’il s’agit d’un remontant ou d’un non remontant.

Faut-il butter les rosiers ?

Buttez vos rosiers dès la plantation. Cela revient à protéger leur base avec une butte de terre légère pour éviter le gel et le dessèchement, et ce jusqu’au début du printemps.

Pour les plantations tardives, maintenez cette protection jusqu’à un franc départ de la végétation, parfois à la fin de l’été seulement. En ce qui concerne les plantes plus âgées, le buttage ne s’avère pas nécessaire, exception faite des régions à climat très rude. La plupart des variétés actuelles supportent les hivers moyens sans aucun problème, ce qui n’était pas le cas des hybrides de thé d’autrefois.

 

Quelle nourriture fournir aux rosiers en hiver ?

C’est l’époque de mettre un humus fertilisant (Or brun, Trio Fertiligène, terre neuve…). Il sera simplement enfoui par un griffage ou un bêchage à faible profondeur, en utilisant de préférence un outil à dents fines et courtes (genre fourche à bêcher de dames). Courant mars, apportez en supplément de l’engrais complet pour rosiers en granulés qui sera incorporé au sol par un léger griffage.

Et n’oubliez pas que les cendres de cheminée sont excellentes et gratuites.

entretien-rosier-hiver

Crédit photo : Frédéric Bisson – Flickr

 

Avec la participation de Jean-Paul Imbault

Vous aimerez aussi :