Une jardinière sur un balcon ou une terrasse, c’est un petit coin de verdure qui vous fera oublier la grisaille urbaine. Si l’aspect esthétique est un critère important (difficile de suspendre une jardinière en plastique dans un décor rustique !), vous orienterez prioritairement votre choix en fonction des plantes et de leurs besoins.

Quel matériau choisir pour sa jardinière ?

  • Pour les plantes aimant la chaleur et l’humidité, choisissez la jardinière en plastique.
    Très légère, on peut la déplacer en fonction de la luminosité, et la rentrer sans mal en cas de risque de gel. Elle résiste aux rayons ultraviolets ainsi qu’aux variations de température, et s’entretient facilement. Munie d’un système de réserve d’eau (pour la plupart des modèles), elle peut rester longtemps autonome, y compris pendant vos absences. On peut y faire pousser des fleurs et des plantes nécessitant une chaleur et une humidité à peu près constantes. Préférez au plastique traditionnel une jardinière en plastique rotomoulé, moulé d’un seul tenant, sans colle ni soudure. On en trouve de toutes les couleurs, ce qui permet des variations heureuses, mais n’oubliez pas que plus la couleur de votre jardinière sera foncée, plus elle captera les rayons de soleil, ce qui accélérera l’évaporation de l’eau.
  • Pour les arbustes ou les conifères, préférez la jardinière en bois.
    Proposée en grande taille, la jardinière en bois peut accueillir des plantes de dimensions importantes. Le bois étant particulièrement sensible à l’humidité, choisissez votre jardinière de préférence dans un bois dur (teck ou bois exotique), ce qui la préservera d’un pourrissement précoce. Vous pouvez égayer votre jardinière en bois en la peignant, après avoir appliqué un enduit protecteur non toxique. Lourde, elle sera difficile à déplacer, pensez-y lorsque vous choisirez son emplacement.
  • Pour des plantes sensibles aux excès d’humidité, la jardinière en terre cuite sera la mieux adaptée. La terre cuite est un matériau perméable. Si l’eau y pénètre rapidement, exposée au soleil elle s’évapore aussi vite. Il faudra donc veiller à un arrosage adapté en fonction des saisons. La jardinière en terre cuite convient plus particulièrement aux végétaux qui redoutent les excès d’humidité, comme les plantes aromatiques, et s’accorde avec un intérieur rustique.

Il existe également des jardinières en aluminium, très sensibles à la chaleur en été, ou bien encore des bacs en fibrociment qui résistent mieux aux variations de température.

La profondeur de votre jardinière, un critère de choix prioritaire

Votre choix dépend aussi de l’endroit où vous souhaitez installer votre jardinière. Sur un rebord de fenêtre, une terrasse ou en suspension, la dimension de votre jardinière aura son importance. Mais il vous faut aussi tenir compte des besoins de vos plantes : pour un bon enracinement, la jardinière doit offrir suffisamment d’espace et surtout de profondeur à la plante.

  • Les plantes comestibles (plants de tomates, fraisiers, etc.) ont besoin d’espace et d’au moins 30 cm de profondeur.
  • Les plantes aromatiques se satisfont d’un espace et d’une profondeur moindres, mais il faut veiller à ne pas les mélanger dans une même jardinière (le basilic et la ciboulette, par exemple, sont des « solitaires »).
  • Les plantes rampantes et les vivaces annuelles n’ont besoin que d’une profondeur de 15 à 25 cm.
  • Les arbustes, les rosiers et les petits arbres nécessitent un enracinement de 50 cm à 1 m.

Enfin, veillez à ce que votre jardinière dispose d’orifices d’évacuation, essentiels pour le drainage des plantes.

Vous aimerez aussi :