On se souvient des dictons de nos campagnes qui faisaient les délices des almanachs de jardiniers : « Quand la lune rousse est passée / On ne craint plus la gelée », qui fait se méfier d’une lune claire (et non pas rousse !) après Pâques, synonyme de gelée blanche imminente, ou, plus tard, en mai, cette vieille histoire de saints de glace que l’on redoute sans savoir exactement si elle ressort de la légende ou s’appuie sur une réalité « scientifique ».

Les jardiniers d’aujourd’hui, qui savent l’importance des événements météorologiques quand il s’agit de planter ou de préserver les plantations, profitent d’instruments de mesure et de prévision autrement plus rationnels, et d’une grande précision.

L’importance de la météo pour jardiner

La crainte principale du jardinier, c’est l’apparition de la gelée après qu’un printemps précoce a fait démarrer trop tôt les plantes et leurs floraisons. Il partage cette crainte avec le vigneron, le maraîcher ou le producteur de fruits.
Jardin et sécheresse ne font pas non plus bon ménage, mais une couche de neige peut être bénéfique pour votre terre si vous avez su préserver vos plantations.

Il faut donc être en capacité de « prévoir » et d’anticiper. Savoir s’armer de patience en attendant des jours plus favorables avant de se lancer dans une nouvelle plantation, et protéger du gel et de la pluie battante (cloche de verre ou bâche, par exemple) les plants déjà en terre.

Les instruments de mesure et de prévision pour bien jardiner

Afin de pouvoir jardiner en fonction de la météo, il existe plusieurs plusieurs instruments de mesure et de prévision.

Le thermomètre traditionnel permet de mesurer la température de l’air grâce aux variations du liquide qu’il contient, qui grimpe ou descend le long d’une colonne graduée.
Il existe des thermomètres plus sophistiqués, à maxima-minima, qui affichent la température la plus haute de la journée et la température la plus basse, ainsi que la température au moment où vous le consultez. Certains sont équipés d’un pied pour être plantés directement en terre, ce qui permet de relever une température « plein vent », et d’une girouette pour indiquer la direction du vent.

Le baromètre sert à mesurer la pression atmosphérique de l’air. On utilise aujourd’hui le baromètre dit « anéroïde », qui fonctionne avec une aiguille indiquant la pression. C’est un instrument essentiel pour un jardinier : les variations de la pression atmosphérique renseignent sur les conditions météorologiques de la journée et sur celles du lendemain. Il constitue donc un véritable outil de mesure.

Vous trouverez des modèles mixtes qui allient les fonctions de thermomètre et de baromètre.

L’hygromètre sert à mesurer l’humidité de l’air. Le plus précis est l’hygromètre à capteur d’humidité capacitif : un film de polymères appliqué sur un substrat permet d’absorber l’humidité ambiante et d’en lire la mesure sur un écran à cristaux liquides.

Station météoLa petite station météo, qui fera aussi la joie des enfants curieux, est un instrument qui combine les fonctions du thermomètre, du baromètre et de l’hygromètre, et affiche des prévisions qui n’ont rien à envier, en matière d’exactitude, à celles que diffusent les chaînes de télévision. De plus, elle vous transmet des informations très localisées, celles dont vous avez justement besoin pour vous guider au mieux dans votre jardin. Certains modèles vous permettent en plus d’écouter la radio ; d’autres sont « radio pilotées ». La technique est en pleine évolution, ainsi que le design.

Voici donc les différents instruments de mesure et de prévision pour pouvoir jardiner en fonction de la météo. Certains jardiniers préfèrent toujours se caler sur les cycles lunaires. À chacun sa méthode, mais ne négligez pas les instruments de précision, y compris si vous êtes un jardinier expérimenté et intuitif.

Vous aimerez aussi :