Savez-vous qu’il existe des sites internet entièrement consacrés au compostage ? Cette année, c’est décidé, vous vous mettez au compost !

 

Que peut-on composter ?

compost-compostage-epluchure-legume

Dessus du tas de compost avec déchets ménagers

En gros, tout ce qui est organique et plus particulièrement d’origine végétale. Citons les tontes de gazon, riches en azote, mais à ne pas entasser en couches trop épaisses sinon elles se colmatent ; le foin pourri que votre ami agriculteur vous cédera volontiers ; les épluchures de fruits et de légumes, marc de café coquilles d’œuf et autres feuilles de thé ; les feuilles mortes bien sûr, même si elles appartiennent à des espèces coriaces comme le platane ; le fumier, qui a le mérite de chauffer naturellement et d’accélérer la décomposition du tas ; la paille, qui aère ce dernier et enfin les mauvaises herbes non montées à graine.

 

 

 

Que faut-il proscrire pour le compost ?

La sciure de bois est parfois disponible en grandes quantités, dans les scieries et les usines de meubles ou de jouets. Avant de vous précipiter menez votre enquête et vérifiez si le bois d’origine est traité. On le reconnaît à sa couleur verte. Dans ce cas, ne pas employer au jardin car les sels de traitement contiennent de l’arsenic. Laissez de côté également les portions de plantes malades ; les excréments humains mais aussi ceux de chiens et de chats qui peuvent contenir des germes pathogènes tenaces ; les déchets de viande, d’os et de graisse, qui attirent les mouches, et mettent parfois beaucoup de temps à se décomposer ; et enfin les mauvaises herbes tenaces, qui même broyées et compostées parviennent à repousser, comme certains rumex, liserons ou chardons.

 

En quoi consiste le compostage ?

compost-compostage-terreau-melange

Compost mélangé en cours de décomposition

En compostant, les éléments mélangés et entassés sont colonisés par des micro-organismes présents naturellement. Ces micro-organismes vont décomposer les éléments végétaux. Cette activité va entraîner un échauffement. La nourriture de ces micro-organismes est à la fois de la cellulose et des éléments azotés. D’où l’importance de bien mélanger les sources pour former le tas. Comme cette fermentation requiert de l’oxygène, la masse doit être aérée et brassée de temps à autre. On évite le désagréable phénomène de pourrissement. L’apport d’eau en été assure une hygrométrie idéale. En quelques semaines, la matière végétale perd ses couleurs d’origine. Elle devient progressivement brune puis de plus en plus foncée. Elle évolue vers un humus stable et vivant colonisé par de nombreux vers.

 

 

Une case à compost est-elle nécessaire ?

C’est plus une question d’esthétique que d’efficacité. Des parois permettent de canaliser le tas de végétaux et d’éviter qu’il ne s’étende trop largement dans le jardin. Il existe des silos à compost en matière plastique ou en bois. Quatre palettes récupérées peuvent suffire à constituer les côtés d’une belle case à compost. Evitez celles dont les ouvertures sont petites et mal situées, du style qui se coince dès le premier coup. Quand votre compost sera mûr, il serait dommage que vous n’y ayez pas accès facilement.

Un simple tas recouvert d’une bâche ou d’un vieil édredon est souvent la meilleure solution. Disposez autour du tas une barrière en croisillons, type forestière et nul ne se doutera que vous compostez au fond du jardin.

 

A quoi reconnaît-on que le compost est mûr ?

Un compost achevé est de couleur très sombre et prend une odeur de terre des bois. Les différents éléments d’origine ne sont plus identifiables et même la paille a perdu son identité. Rien n’interdit de précéder ce stade et d’utiliser le compost comme paillage de surface. En revanche, si vous destinez le compost à servir de lit pour les semences, attendez qu’il soit vraiment noir et friable.

 

Comment utiliser le compost ?

compost-compostage-terreau-mur

Compost mûr prêt à l’utilisation au jardin

Le compost est un excellent amendement organique, rivalisant avec les meilleurs fumiers. On épandra alors une brouette pour 5 m² de façon à obtenir des résultats spectaculaires. Mais attention, la culture doit pouvoir le supporter : évitez d’épandre une telle quantité juste avant des carottes ou des oignons. Les choux et les pommes de terre sont de bons valorisateurs. Le compost mûr peut servir en paillage au pied des plantes vivaces voraces et des arbustes nouvellement plantés. A proscrire au pied des rhododendrons à cause de la chaux présente dans le tas. Vous pouvez répandre une couche de compost mûr au printemps au pied de vos plantes d’intérieur et pailler les jardinières et les arbustes en bac, sur la terrasse. Tous apprécieront cet apport d’humus vivant.

 

Vous aimerez aussi :