Après la plantation comment mener la culture du Solanum Lycopersicum ? Ce nom barbare est le nom Latin de la tomate. Laissé en liberté, un pied de tomate va pousser couché sur le sol. Sans taille, il va devenir une véritable liane envahissant tout le jardin. Pour contrôler la pousse d’un plant de tomate et le faire fructifier, il faut le tuteurer et le tailler.

Tuteurer les pieds de tomates

Le tuteur va permettre d’attacher la tige centrale du pied de tomate. Les liens de ficelle ou de raphia naturel doivent être assez solides pour supporter les fruits. L’attache sera placée de préférence au dessus d’un bouquet de fleurs pour mieux soutenir le poids des tomates à venir. Elle ne doit pas étrangler la plante au risque de la couper, laissez un espace de 1 à 2 cm entre le tuteur et la tige. Cette opération comme la taille des gourmands est à mener régulièrement sur chacun des pieds.

Tailler les tomates

La taille traditionnelle pour la plupart des variétés consiste à ôter les gourmands. Les gourmands sont les tiges qui naissent à l’aisselle de la tige principale que forme le pied et la tige d’une feuille. Cette opération doit se faire la plus nette possible pour éviter des plaies propices aux maladies. Vous pouvez toutefois laisser un ou deux gourmands s’épanouir pour les pieds  à petits rendements de fleurs.

La tige principale doit être étêtée après la  formation du 4ème ou 5ème bouquet de fleurs, environ vers le 15 août.

Les variétés de tomates cerise n’ont pas besoin de taille. Si le potager est grand, vous pouvez même vous dispenser de tuteurer le pied.  Faites lui simplement  un lit de paille ou autre paillage à même le sol, il se débrouillera à merveille.

Faites fructifier vos tomates

Pour favoriser les pollinisations, semer quelques fleurs mellifères à proximité : les bourdons butineront avec passion et au passage vos fleurs de tomates porteuses des fruits. Une autre association est utile au potager et particulièrement aux tomates : l’œillet d’inde. Cette petite fleur jaune à l’odeur forte est répulsive pour les insectes et en particulier les pucerons.

La maturité et donc la récolte sont appréciées en fonction du critère d’une couleur rouge régulière. Pour faciliter la maturation des fruits, supprimez les feuilles gênantes si les tomates sont trop cachées du soleil.

Maladies et soins des tomates

Les maladies les plus courantes de cette culture sont des champignons ; on parle de maladies cryptogamiques : L’oïdium recouvre les feuilles d’un duvet blanc qui empêche la photosynthèse et affaiblit la plante. Le mildiou de la tomate, lui, est un champignon reconnaissable par les tâches noires qu’ il laisse sur les fruits : Cette maladie est la plus fréquente et peut détruire une culture entière.

Les traitements à la bouillie bordelaise sont à appliquer avec un pulvérisateur en prévention tous les 15 jours et en curatif si la maladie est déclarée jusqu’au stade des fruits verts.  Respectez  bien les dosages, et le mode d’utilisation. Ne traitez plus lorsque les tomates commencent à murir. Le cuivre contenu dans ce produit est très toxique pour la santé. Lisez attentivement la notice d’utilisation et utilisez des gants.

Préférez les traitements en fin de journée, lorsque les insectes ont quitté le jardin. Ne  traitez jamais lorsqu’il y a du vent.

Principales variétés de tomates

  • Ananas
  • Andine cornue
  • Cœur de Bœuf
  • Coktail clémentine
  • Green Zebra
  • Noire de Crimée
  • Marmande
  • Orange Bourgouin
  • Petit Cœur
  • Poire jaune ou rouge
  • Pomme rouge
  • Rose de Berne
  • Russe

Vous aimerez aussi :