Crédit photo : flickr – swiftjetsum626

Si vous disposez d’un très petit espace et que vous n’avez pas assez de place ni pour un bassin ni pour une maison à thé ? Optez pour un jardin japonais « sec » (Kare-sansui, en japonais). Il a fait son apparition au Japon au cours du XIVe siècle, lors de l’essor de la secte zen (d’où son nom de « jardin zen »).

Les moines en donnent une définition précise : le jardin japonais sec imite l’essence intime de la nature, et non pas sa manifestation extérieure. Le vide révèle le plein : il ne comporte ni élément aquatique, ni plante, ni arbre d’aucune sorte. C’est une composition abstraite destinée à favoriser la méditation. Zoom sur le jardin japonais sec.

 

Les principes et la symbolique du jardin japonais « sec »

 

creer-jardin-japonais-sec-ambiance

Crédit photo : Flickr- Jacome

  • Une installation minimaliste : des pierres dans du sable. Le jardin sec japonais est un modèle d’épure totale. Il s’inscrit dans un cadre rectangulaire : une aire de sable blanc retenue par un muret ou limité par une barrière en bambou, où sont savamment disposées des pierres (en nombres impairs : 7, 5 ou 3), partiellement enfoncées et parfois recouvertes de mousse. Il peut être considéré comme une tentative de révélation de la nature vraie de la réalité à partir d’éléments simples et peu nombreux : quelques pierres et du sable. Aucune décoration (ni lanternes, ni fontaines), aucune végétation, hormis la mousse.
  • Une métaphore de l’univers. Le jardin japonais sec est une représentation immobile qui symbolise l’univers selon la conception bouddhiste : des îles dans un océan. L’eau est suggérée par le sable, où sont dessinés au râteau des motifs de vagues. On souligne chaque pierre par des sillons concentriques, comme des ondes se propageant à la surface de l’eau.
  • Un lieu de méditation. On ne circule pas dans un jardin zen sec, on le « parcourt » mentalement. Il est conçu pour être vu depuis un ou plusieurs endroits bien précis (une véranda, une baie vitrée, ou un banc), en position assise.

Un exercice de concentration. C’est dans la pratique quotidienne du ratissage du sable ou de l’entretien de la mousse que s’exercent les aptitudes à la concentration. Ces tâches doivent être réalisées avec une extrême rigueur, dans un esprit de « méditation active ».

 

Comme pour le modèle classique japonais, le jardin sec est un « paysage », mais un paysage destiné à la contemplation. Il est immuable, le temps n’a pas prise sur lui. Alors, asseyez-vous sur un tatami ou un banc, contemplez et méditez. Et si vous souhaitez vous plongez un peu plus dans l’ambiance japonaise vous pouvez également opter pour le Jardin – Paradis,  un jardin avec une atmosphère  plus marquée qui vous invitera un peu plus au voyage.

 

Vous aimerez aussi :