Créer et entretenir un potager bio nécessite de respecter certaines règles ; la plus importante d’entre elles étant de laisser la nature faire son travail !

Les basiques du potager bio

En n’utilisant aucun fertilisant chimique ni herbicide, votre potager écologique nécessitera de prendre plus de précautions que pour un potager ordinaire.

Première étape : le choix de l’emplacement du potager, un élément crucial. Plusieurs conditions doivent être remplies : il doit bénéficier d’un bon ensoleillement et d’une protection contre les vents forts (avec une haie par exemple) et ne doit pas être trop proches d’arbres et arbustes gourmands en eau, comme le saule. Le potager sera ensuite divisé en carrés séparés par des allées ; les plantes nécessitant binage et bêchage étant de préférence sur les bords ou au fond pour y accéder facilement.

Pour bien préparer votre sol, il faut tester son pH afin de déterminer s’il s’agit d’un sol calcaire ou d’un sol acide. Des kits sont vendus à cet effet. Grâce à cette information, vous pourrez incorporer les amendements nécessaires à rééquilibrer le sol, le compost étant particulièrement adapté à la culture écologique. Suivant la composition de votre potager, le paillage du sol peut également être d’une grande aide. Enfin, la nature des plantes que vous pourrez cultiver dépendra également, et en grande partie, de votre région et du climat.

Photo : Fotolia

Des associations de légumes pertinentes

Spring garden

L’équilibre du potager est primordial pour pouvoir cultiver sans engrais ni pesticides. Ce sont les plantes elles-mêmes qui devront se compléter. Vous devez donc associer vos cultures selon leurs affinités.

Par exemple, l’ail, l’oignon ou l’échalote sont connus pour ralentir le développement des légumineuses (haricots, pois…), vous devrez donc les éloigner. En revanche, les carottes et les oignons se protègent mutuellement des parasites.Les crucifères (choux), quant à eux, sont à planter loin des fraisiers et le fenouil doit être cultivé seul ou entouré de plantes aromatiques. En règle générale, on évite de planter deux légumes de la même famille l’un à côté de l’autre.

Certains mariages sont néanmoins heureux : la mâche s’associe à tout type de plantations, tout comme les épinards. Les carottes et les tomates se complètent bien, ainsi que les crucifères et les fabacées (fèves, haricots, pois). Les soucis sont très efficaces pour éloigner les nuisibles, tout comme les œillets d’Inde que vous devrez mélanger à vos cultures.

Les plantes aromatiques sont également les bienvenues (thym, sauge, romarin, sarriette…) pour empêcher le développement de parasites. Enfin, n’hésitez pas à planter des fèves, des haricots ou des pois : les fabacées apportent naturellement de l’azote aux autres légumes, un composant qui manquent souvent aux couvertures, riches en minéraux et oligo-éléments.

Laissez la nature entretenir votre potager !

Outre les associations pertinentes, une solution simple pour éloigner les insectes destructeurs consiste à laisser une partie du potager en semi-friche. Vous leur offrirez ainsi de quoi se sustenter sans avoir besoin de toucher à vos belles récoltes !

Mais c’est surtout en recréant un véritable écosystème que vous parviendrez à entretenir votre potager bio. Cela signifie que vous devrez attirer les animaux utiles, c’est-à-dire ceux qui chassent les ravageurs ! Des nichoirs pour faire venir les petits oiseaux ; un tas de bois au fond du jardin pour attirer des hérissons ou encore de la sauge pour appâter les abeilles et garantir à vos légumes une bonne pollinisation.

Pour lutter contre les maladies, optez pour le purin d’ortie, une décoction d’orties : il stimule la croissance des plantes tout en les protégeant et éloigne les pucerons et les acariens.

Enfin, n’oubliez pas d’appliquer une rotation des cultures chaque année : en changeant systématiquement de place chaque plante, vous éviterez d’appauvrir votre sol.

Photo : Fotolia

Vous aimerez aussi :