Il est difficile de « se mettre au vert » quand les territoires laissés à la nature sauvage tendent à se réduire comme peau de chagrin. Créer un jardin sauvage, c’est s’offrir une petite réserve naturelle qui sauvegarde les espèces végétales indigènes et propose un refuge à la faune locale. Un acte de résistance !

Mais un jardin sauvage n’est pas un espace abandonné à la nature. Il convient de l’organiser à minima pour ne pas qu’il se transforme en friche, et pour qu’il concilie les avantages d’un jardin d’agrément ou d’un potager avec les bienfaits d’une oasis naturelle. Voici quelques principes et conseils pour créer votre propre jardin sauvage.

 

Maximisez les ressources naturelles

 

Renoncez à l’utilisation des pesticides, des herbicides et autres produits chimiques polluants

Conseils pour créer un jardin sauvageFaites confiance à la nature. En plus d’éliminer la faune et la flore, les produits chimiques mettent la santé humaine en danger.

 

Installez des protections naturelles

L’œillet d’Inde et le souci sont de bons répulsifs. Semez-les tout autour de vos carrés ou de vos bandes. Purins d’orties et décoctions de plantes maison protégeront également vos cultures des nuisibles.

 

Choisissez de préférence des variétés locales de plantes

Elles seront les mieux adaptées à votre sol et nécessiteront moins d’apports nutritifs. Elles seront également le meilleur support pour la faune.

 

Fertilisez le sol avec votre propre compost

Fabriquez votre compost en recyclant vos déchets : déchets de jardin (feuilles mortes, fleurs fanées, etc.), déchets de cuisine (épluchures, pain, etc.) et autres déchets domestiques (cendres de bois, papier essuie-tout). Vous renforcerez ainsi le stock d’humus dans le sol et améliorerez sa fertilité.

 

Pratiquez le paillage

Une terre laissée nue, c’est la garantie de la voir se tasser sous l’effet des pluies, s’assécher au soleil et perdre sa perméabilité ! C’est aussi l’assurance de voir des centaines de graines « indésirables » germer. Il est donc utile de la recouvrir, comme le fait naturellement le sol forestier avec les feuilles des arbres. Moins stressées, vos plantes sauront mieux se défendre en cas d’attaque parasitaire.

 

 

Accueillez la petite faune locale

 

Favorisez la présence des insectes auxiliaires

Sur une parcelle de votre potager, plantez des herbes aromatiques (thym, romarin, lavande, basilic, menthe verte, ciboulette ou estragon), ainsi que de la lavande, des bruyères ou du lierre terrestre. Les papillons, les abeilles et autres butineurs y trouveront le nectar dont ils raffolent.

Un conseil : plantez de la sauge, une plante qui attire les abeilles et assurera une bonne pollinisation de vos légumes.

Si vous en avez la possibilité, conservez une petite partie de votre jardin en semi-friche et laissez pousser en toute liberté les mauvaises herbes. Les nuisibles y trouveront leur nourriture loin des plantations que vous souhaitez protéger.

 

Installez des nichoirs et des mangeoires.

Soyez accueillants pour la faune sauvage : installez des boîtes en bois pour les oiseaux, un tas de bûches pour les hérissons, des tiges creuses pour les insectes.

En hiver, placez une mangeoire hors de portée du chat pour les pinsons et les mésanges.

 Conseils pour créer un jardin sauvage

 

Respectez la vie souterraine de votre potager.

Arrachez les « mauvaises herbes » à la main et utilisez une fourche à bêcher pour retourner la terre et l’aérer. Ne creusez pas au-delà de 25 cm, afin de respecter la vie souterraine de votre jardin (vers de terre, fourmis, insectes).

 

Aménagez un coin de campagne d’autrefois

Créez un petit jardin champêtre. Plantez ou semez les fleurs que l’on trouve dans les prairies et sous-bois : pissenlit, coquelicot, marguerite, bourrache ou trèfle.

Creusez une mare : les amphibiens viendront y pondre (grenouilles, crapauds, tritons) ou déposer leurs larves (salamandres) ; les oiseaux, les hérissons et les papillons viendront s’y désaltérer.

Construisez un muret. Exposé au soleil, et couvert de chèvrefeuille, de vigne vierge ou de jasmin, il sera un refuge pour les papillons, les guêpes et les lézards.

 

Vous aimerez aussi :