Vous avez fabriqué votre propre compost . Il est prêt à être utilisé (on dit alors qu’il est «  mûr ») quand il présente un aspect homogène, une couleur brun foncé, une structure grumeleuse, et qu’il dégage une odeur de sous-bois. Il vous servira comme amendement et comme paillis. Voici nos conseils pour  bien utiliser le compost.

Comment récupérer votre compost ?

1.    Ouvrez complètement le composteur, et enlevez à l’aide d’une fourche les couches supérieures non décomposées.
2.    Récupérez le compost mûr.
3.    Replacez les couches supérieures dans le compost pour leur laisser le temps de mûrir.

Vous pouvez, si vous en avez la place, installer 2 composteurs : l’un pour le compost déjà mûr, l’autre pour le compost en cours de maturation.
Sachez qu’il faut compter entre 3 et 5 mois pour qu’un compost soit bien décomposé et riche en humus.

Pour accélérer le processus de décomposition, tamisez régulièrement votre compost. Vous éliminerez ainsi les éléments grossiers qui n’ont pas encore été complètement transformés. Un grillage posé sur un cadre de bois suffit pour tamiser votre compost, à projeter à la pelle.

Quelles utilisations pour votre compost ?

Selon que votre compost est jeune (c’est-à-dire contenant beaucoup d’éléments grossiers partiellement décomposés) ou mûr, son utilisation sera différente : en paillage de surface, en hiver, pour le premier (étendu sur le sol, il disparaîtra avec le temps) ; comme amendement de sol (mélangé au sol), pour le second. Les quantités dépendent des besoins des plantes en éléments nutritifs.

utiliser-compost-utilisation-jardin

  • Au potager : pour vos semis et vos plantations de pommes de terre, de tomates, de courgettes, d’aubergines, d’épinards, de choux frisé, de choux-fleurs, de poireaux, de fraisiers, de concombres, d’artichauts… qui nécessitent tous un apport important de compost (4 à 8 kg/m2) ; pour vos semis et vos plantations de carottes, de betteraves, de haricots, de pois, d’asperges ou de laitues, pour lesquels l’apport sera moindre (2 à 4 kg/m2).
  • Au verger : pour vos plantations d’arbres ou de buissons fruitiers, en mélangeant bien le compost avec du terreau directement dans le trou de la plantation (20 % de compost pour 80 % de terreau, 4 à 6 kg/m2) ; et puis tous les ans, sous l’envergure du feuillage, sans mélanger à la terre (3 à 5 kg/m2 pour les arbres ; 2 à 3 kg/m2 pour les arbustes).
  • Au jardin : pour la pelouse (8 à 10 kg/m2) lors de l’installation, en incorporant votre compost aux 10 premiers centimètres de terre avant de semer, puis en entretien annuel, réparti sur la surface (1 à 2 kg/m2) ; pour les plantes en pots (mélangé à la terre en proportion de 1/3 pour 2/3 de terre végétale), les rosiers (1 à 3 kg/m2 en hiver et au printemps) et les fleurs (1 à 3 kg /m2 et par an).

Vous aimerez aussi :