Le compost permet d’améliorer naturellement la qualité des sols. Il résulte de la décomposition des matières putrescibles comme les pelures de fruits et de légumes, les feuilles et les résidus de jardin, sous l’action des différents micro-organismes présents dans le sol.

Les avantages du compostage sont nombreux : il permet de limiter la quantité d’ordures ménagères à faire enlever par la collectivité, et de produire un amendement de qualité, en renforçant le stock d’humus dans le sol et en améliorant sa fertilité. Nos conseils pour fabriquer son compost.

 

Fabriquer du compost : compostage en tas ou compostage en bac ?

Il existe 2 méthodes pour fabriquer du compost : le compostage en tas ou le compostage en bac.

  • Le compostage en tas : les avantages du tas, c’est qu’il est facile à réaliser (tout le monde sait faire un tas et manier une fourche ou une pelle), qu’il ne réclame pas d’entretien (vous laissez faire la nature), qu’il permet de rassembler de gros volumes (attention toutefois aux débordements) et qu’il s’accorde à tout type de terrain (il n’est pas indispensable qu’il soit rigoureusement plat). Mais attention, la décomposition sera plus lente que dans un composteur et il convient de le protéger des intempéries, du gel et dela sécheresse. Et puis, sur le plan de l’esthétique, un tas n’est pas du meilleur effet.
fabriquer-compost-compostage-bac

Crédit photo : Ben Kerckx-Pixabay

  • Le compostage en bac : vous pouvez le fabriquer vous-même sans être un as du bricolage. Vous devez vous assurer que sa base est en contact direct avec le sol de votre jardin. Si sa contenance est limitée (moins de 1 000 litres), la dégradation est plus rapide que si vous laissez travailler vos déchets en tas. Et vous pouvez aisément le dissimuler dans un jardin.

Une condition importante pour installer votre composteur : choisissez un endroit semi-ombragé, bien drainé, à l’abri du vent, plat, et pas trop éloigné de votre cuisine pour vous épargner des trajets fastidieux, surtout en mauvaise saison.

Que vous disposiez votre compost en tas ou à l’intérieur d’un bac à compost (sans fond), commencez toujours par déposer une première couche de litière composée de brindilles et de bouts de bois creux (sureaux, framboisiers…). Ainsi, vous permettrez une bonne aération et favoriserez la circulation des micro-organismes entre la terre et les matières en décomposition.

 

Les principaux composants pour fabriquer un bon compost

Un compost, c’est une alchimie complexe, pas une poubelle ! Vous devez fabriquer du compost de manière éclairée, en répartissant en quantités égales les principaux composants :

  • les produits azotés (humides) : fruits, légumes, épluchures, sachets de thé ou de tisane, marc de café avec filtre, restes alimentaires (évitez la viande et le poisson), tontes de gazon
  • les produits carbonés (secs) : filtres en papier, cartons, paille, feuilles mortes, petits branchages, cendres de bois, sciure, copeaux, coquilles d’œufs concassées, vieux journaux.

Attention : évitez d’utiliser dans votre jardin des produits traités (pesticides, herbicides…), ils peuvent tuer une partie de la faune (moucherons, araignées…) indispensable à la fabrication du compost et se retrouver, de manière résiduelle, dans votre compost. Ne mettez pas dans votre compost les fruits abîmés que vous aurez ramassés par terre.

Comment fonctionne le compost ?

fabriquer-compost-compostage-versCe sont les petites bestioles qui peuplent un jardin (non traité !) qui permettent la décomposition, et donc la fabrication du compost :

  • les vers rouges : ils ne sont pas seulement utiles aux pêcheurs, ils sont les grands manœuvriers du compost ; mais n’oubliez pas qu’ils ont besoin d’une humidité constante et qu’ils détestent le soleil
  • les cloportes : on le sait par quelques expressions, ces petits crustacés terrestres aiment bien se terrer ! Il leur faut de la fraîcheur et de l’ombre
  • et toutes sortes de micro-organismes : les drosophiles (un joli nom pour désigner les moucherons), les collemboles (ils ressemblent à des puces), les araignées, les bactéries, etc.

Nos conseils pour un compost de qualité

  • Mélangez les différentes catégories de déchets organiques (matières humides et matières sèches).
  • Retournez régulièrement les matières (tous les 15 jours), pour bien aérer et permettre ainsi aux micro-organismes de respirer. Sans oxygène, le mélange fermente et des odeurs nauséabondes peuvent apparaître.
  • Si les micro-organismes aiment l’eau, il faut éviter de les noyer ! En cas de fortes pluies, recouvrez votre tas ou votre composteur avec une bâche. Si votre compost vous paraît sec, arrosez-le, mais sans exagération. Trop humide, il pourrira. L’essentiel, c’est que votre compost conserve un taux d’humidité constant.

 

Vous aimerez aussi :