Crédit photo : Lena Svensson

Après le grand spectacle de cet hiver, vos orchidées semblent faire relâche. Erreur, elles préparent leur prochaine floraison. Venez-leur en aide pour cela. Voici quelques réponses aux principales questions concernant l’entretien des orchidées.

 

Faut-il systématiquement couper les tiges des orchidées fanées ?

orchidee-entretien

Crédit photo : edimagem – Pixabay

Peu d’orchidées refleurissent sur la même hampe après la première floraison, dans les conditions de culture relativement précaires que nous leur offrons.

Seul, un phalaenopsis pourra redonner une seconde floraison sur une extension de sa tige développée une fois la première floraison terminée : coupez la hampe quelques centimètres avant la base des premières fleurs déjà produites. La deuxième floraison s’effectuera deux mois environ après cette opération mais sera moins spectaculaire. Notez que cette seconde floraison demande beaucoup d’énergie à votre plante qui risque de s’en remettre difficilement. Ne faites cela que sur des plantes de phalaenopsis très vigoureux. Sinon, coupez la hampe à 3 cm de sa base.

Pour les autres espèces, coupez systématiquement car la hampe, une fois fanée, peut servir d’amorce à une infection par champignon. Utilisez des ciseaux bien aiguisés et désinfectés pour éviter des contagions possibles si vous traitez plusieurs plantes en même temps. Tamponnez la surface de la coupe avec un coton tige trempé dans du mercurochrome, de l’alcool à brûler ou une poudre fongicide pour cautériser la plaie et limiter les échanges avec les germes venus de l’extérieur. Pensez aussi, avant de traiter une autre plante, à bien vous désinfecter les mains, surtout les ongles. Le savon normal est très efficace.

 

Faut-il rempoter les orchidées rapidement ?

orchidee-rose-blanche

Crédit- photo : ploythancha – Pixabay

Cela n’est pas nécessaire. Le rempotage est indispensable au bout de deux ans, temps qui correspond à la désagrégation de la structure du compost et à la concentration par évaporation des sels contenus dans l’eau d’arrosage, surtout si vous employez des engrais, même très dilués. Vous vous apercevrez de la nécessité de remporter une orchidée dans deux cas bien précis :
- le premier,  est le débordement excessif de votre plante à l’extérieur du pot, signe d’une poussée vigoureuse.
- le second lorsque le compost, rendu compact par décomposition prématurée, retient l’eau d’arrosage. Vous vous en apercevrez rapidement : lors d’un arrosage, l’eau versée à la surface du compost doit être tout de suite absorbée et couler par les trous de drainage. Dans le cas contraire, rempotez impérativement, quelle que soit la période.

Même si les deux phénomènes ne se produisent pas, rempotez systématiquement pour éviter une trop forte concentration en sels, toujours très mal supportée par les orchidées. Avant cette opération, abreuvez copieusement la plante, puis utilisez du compost neuf que vous aurez bien humidifié par trempage et laissé se ressuyer au moins une demi-journée. Après le rempotage n’arrosez pas pendant quelques jours.

 

 

Peut-on sortir les orchidées au jardin ou sur le balcon pendant l’été ?

orchidee-rose

Crédit photo : Sergey_m – Pixabay

Une cure d’air pur au jardin fera beaucoup de bien à vos orchidées, les fortifiera et stimulera leur végétation. Placez-les à mi-ombre au soleil levant. Ainsi, vous ne risquerez pas la surchauffe des feuilles. Protégez-les aussi des oiseaux qui viennent extraire du compost les éléments servant à la construction de leur nid.

Les conditions climatiques des balcons sont très rigoureuses : le vent provoque un fort dessèchement du compost et, selon l’orientation, le soleil risque d’entrainer une surchauffe excessive. Placez vos plantes à un endroit du balcon ombré au milieu de la journée et abrité du vent. Vous pouvez aussi sortir vos plantes sur le balcon quelques heures seulement chaque jour, au moment où l’ensoleillement est atténué.

 

Doit-on modifier la cadence des arrosages et des apports d’engrais pour le orchidées ?

Un léger ralentissement dans la fréquence des arrosages est recommandé pendant la floraison, et il est plus prudent de ne pas donner d’engrais pendant cette période. Si toutefois vous utilisez les engrais extrêmement dilués dans l’eau d’arrosage, il n’y aura pas d’incidence sur la floraison de votre orchidée. Ne mouillez jamais les boutons ou les fleurs.

Après la floraison, utilisez simplement un engrais plus riche en azote qui stimulera la végétation, mais ne perdez pas de vue que les orchidées n’aiment pas l’eau salée.

 

Quelles sont les orchidées les plus solides ?

orchidee-cymbidium

Orchidée Cymbidium
Crédit photo : Maja Dumat

Les orchidées les mieux adaptées à la culture en appartement sont les phalaenopsis. Si vous pouvez pratiquer une culture mixte : extérieur l’été, intérieur dès que le climat l’exige, essayez un cymbidium. Pour les autres espèces, chaque cas est particulier.

 

Que faire pour les orchidées lorsqu’on part en vacances ?

D’une manière générale, préparez les plantes en les arrosant pour qu’elles soient gorgées d’eau au moment de votre départ. Placez-les dans un endroit peu éclairé, relativement frais et sans courant d’air prononcé. Posez le pot sur un lit de billes d’argile expansée dans un bac rempli d’eau. Il est impératif que le fond du pot ne trempe pas dans l’eau. Ainsi vous maintiendrez une humidité ambiante très appréciée. C’est la technique à suivre si vous possédez un phalaenopsis, espèce la plus indiquée pour la culture en appartement.

Dans le cas d’un cymbidium, placez-le à l’extérieur dès que les risques de gelées sont écartés. Aguerrissez votre plante en la sortant progressivement quelques jours avant de la laisser dehors en permanence. Placez le pot dans un endroit à l’ombre, pas trop ventilé, et enterrez-le dans de la tourbe bien humide et peu tassée. Si vous le pouvez, faites un essai quelques temps avant votre départ, surveillez votre plante et au moindre signe d’évolution négative, agissez en conséquence. Placée dans les conditions décrites, son inertie végétative sera suffisante pour pallier les manques pendant deux semaines.

 

Avec la participation de Jean-Paul Imbault

Vous aimerez aussi :