Avant l’arrivée des grands froids, il faut cueillir les récoltes à point et bien les conserver. Légumes d’été ou légumes d’hiver, il faut optimiser leur stockage pour en profiter le plus longtemps possible.

Les légumes de l’été

potager-tomate-courgette-legume-ete

Les légumes d’été

  • Les tomates : cueillez régulièrement toutes celles qui prennent une coloration ; effeuillez totalement les plants pour que le soleil atteigne les fruits encore verts et que la sève ne soit pas perdue pour rien. En dernier lieu, coupez le pied de tomates portant encore ses fruits et suspendez-le dans un local chaud et lumineux. Sinon, cueillez les fruits verts, placez-les sur une étagère au chaud, certaines mûriront mais il y aura de la perte. Faites des confitures de tomates vertes, si vous les aimez;
  • Les courgettes : elles peuvent se conserver très longtemps si vous les laissez un peu grossir (et durcir). Placez-les au frais, sur une étagère, dans un cellier. Deux mois plus tard, elles seront encore impeccables. Vous éplucherez une peau un peu plus épaisse, voilà tout.
  • Les piments, poivrons et aubergines mûrissent souvent assez tard. Les petits piments forts rougissent après cueillette en vert ; poivrons et aubergines se conservent deux à trois semaines, pas plus. Pour utilisation plus tardive, les mettre en conserve ou au congélateur.

Les légumes de l’automne et de l’hiver

Il s’agit principalement des légumes feuilles ou racines.

potager-legume-carotte-racine-conservation

Différentes variétés de carottes

  • Les poireaux : s’ils sont bien beaux mais occupent une place que vous aimeriez libérer pour autre chose, arrachez-les avec leurs racines terreuses et regroupez-les dans une jauge au pied d’un mur ou dans un coin abrité du jardin.

Pour pouvoir les arracher facilement, même par grand gel, placez de la paille autour et par-dessus les parois du trou, une partie du feuillage dépasse de terre, les poireaux continuent à vivre.

  • Les carottes, navets, rutabagas, choux-raves, betteraves… seront arrachés de terre et placés en silo dans un milieu conservant juste ce qu’il faut d’humidité mais à l’abri du gel. On retire les fanes et feuilles à la main, par torsion – la lame du couteau provoquerait un écoulement de sève.

Un silo peut prendre différentes formes :

- Silo des villes : une poubelle propre dans laquelle on placera un lit de tourbe, un lit de légumes, un lit de tourbe… A conserver au frais (cave, balcon, garage, grenier non chauffé).

- Silo de jardin : enterrez un récipient de grande taille. L’idéal est un réfrigérateur désaffecté, sans moteur, couché en long pour s’ouvrir par le dessus. Une poubelle enterrée ou un tonneau de bois offrent les mêmes services. On y place un lit de paille ou de tourbe, un lit de légumes… Refermez le récipient et, dans les régions très froides, recouvrez-le d’un épais matelas de feuilles mortes, paille, journaux, chiffons…

- Silo de cave : cela va du tas de sable légèrement humidifié, où l’on enfouit les légumes, aux délimitations faites en balles de paille ou coffres de bois doublé de polystyrène. Le plus délicat reste à définir l’équilibre entre l’hygrométrie et la bonne température. Avec un peu de réussite, on peut traverser l’hiver et le début du printemps avec les récoltes de l’automne.

Vous aimerez aussi :