L’asclépiade ou herbe à ouate est une fleur attirante pour les insectes. Son fruit est très connu pour sa vague ressemblance avec une perruche.

asclepiade-asclepias-syriaca-fruit-plante-jardin

Fruit d’asclépiade ressemblant à une perruche

L’asclépiade produit des fruits curieux, une sorte de sac à dos vert, avec une poignée, ce que les botanistes appellent un follicule. Vous avez sûrement déjà aperçu ces fruits car nos grands-mères adoraient les poser au bord d’un verre ou d’un compotier, juste avec le bec, de façon à simuler un groupe de perruches. Mais ne vous avisez pas d’ouvrir ces volatiles car leur corps émeraude contient des dizaines voire des centaines de graines. Chaque fruit est muni d’un petit parachute, genre pissenlit, mais avec plus de légèreté et de nacre. Et autant c’est bien rangé dedans, autant la masse devient foisonnante une fois la couture ouverte. En un rien de temps, vous auriez rempli votre salon de ces graines, au risque même d’en manger !

On a essayé de fabriquer des tissus avec ces fibres. Mis à part leur emploi comme substitut du kapok dans les bouées de sauvetage pendant la dernière guerre mondiale, on n’a pas trouvé moyen de les employer plus utilement. C’est semble-t-il le destin entier de l’asclépiade qui est résumé ainsi : des plantes au nom prestigieux, mais sans grand intérêt autre que décoratif.

Le nom d’asclépiade vient pourtant du grec Asclepios, le dieu de la médecine, qui avait le pouvoir de guérir en pratiquant l’autosuggestion : les prêtres d’asclépios devaient passer la nuit dans le temple, enroulés dans la peau d’un animal fraîchement sacrifié et c’est par leurs songes que les remèdes étaient indiqués. Comme la plupart des asclépiades sont américaines (même si l’une d’elles, la plus répandue dans les jardins porte le curieux nom de Syriaca), Linné a dû faire preuve d’imagination pour leur attribuer ce nom, d’autant que leur latex est plus toxique que guérisseur. On lui reconnaît cependant une action sur les poumons, facilitant l’expectoration, d’où son surnom de plante à pleurésie. Par ailleurs, elle agit également sur le système digestif, pour soulager les diarrhées… Attention cependant, on passe rapidement à la dose qui déclenche la purgation.

asclepiade-asclepias-preciosa-fleur-plante-jardinOn trouve l’Asclepias Syriaca (Asclepias cornuti) dans une vaste zone allant du sud-est du Canada au Kansas. Cette plante vivace produit des tiges non ramifiées culminant à 1,50 m voire 1,80 m. D’un goût amer, elle est épargnée par le bétail, et finit par former des touffes imposantes au bord des chemins. On la trouve également dans les vieux jardins un peu à l’abandon, redevenue elle-même sauvage. Et si l’on cherche à s’en débarrasser, elle ne cède pas facilement du terrain, tant ses racines charnues sont profondément et puissamment installées. Les fleurs d’un rose un peu triste, comme celui d’un velours passé au soleil, sont doucement parfumées le soir. Elles attirent quantité de papillons et d’insectes. Elles donnent naissance à des follicules verts, nos fameuses perruches, contenant les graines à parachutes. D’où son autre surnom d’herbe à ouate.

Vous aimerez aussi :